Xxxasiatique

Lorsque la sexualité devient une drogue

À partir du moment où le sexe devient une dépendance, il perd par la même occasion son côté de plaisir. Il devient alors comme de la drogue et ceux qui en sont accros le vivent généralement mal. D’après la sexologue clinicienne et psychothérapeute Isabelle Boisclair, ces personnes qui perdent le contrôle de leurs vies sexuelles peinent beaucoup à s’en sortir et deviennent esclaves de leurs pulsions.

Une vie de débauche sans fin, une faim boulimique de sexe qui peut se manifester par une masturbation excessive, aventures sans lendemain en séries, utilisation de matériels pornographique (magazines, films, sites internet, tel rose cb…), utilisation d’objets et bien d’autres encore.

Qu’est-ce qu’une dépendance sexuelle ?

Quand on est dépendant de ses propres comportements sexuels, on vit généralement des obsessions sexuelles que l’on perçoit et qui nous sont incontrôlables. C’est-à-dire que l’on se sent constamment encouragé à les renouveler, à cause d’une impulsion motivante qu’on ne peut expliquer l’origine. C’est pour cela alors que l’on est réduit à devenir un simple instrument dont seule la réalisation de nos fantasmes sexuels nous fait sentir mieux. Pour ce faire nous y consacrons alors toute notre énergie, notre argent et même notre temps. Cela même si ça doit se faire au détriment de notre vie amoureuse, professionnelle et familiale. Défoulez votre dépendance sur https://ufancyme.com/

Voici les manifestations que la plupart des personnes dépendantes au sexe rapportent

 Ils n’arrivent plus à avoir à établir une relation sexuelle saine et satisfaisante avec leurs partenaires.
 Pendant l’acte sexuel, ils se déconnectent de l’environnement, comme une sorte de transe.
 Même après avoir pris la décision de changer, ils n’y arrivent pas, car ils sont impuissants face à leurs pulsions.
 À force de se focaliser sur les soifs d’assouvir leurs fantasmes sexuels, ils se détachent petit à petit d’une vie sociale et professionnelle normale.
 Leurs vies sexuelles prennent le pas dans la vie de tous les jours et ils ne prennent plus de plaisir à autre chose.
 Ils nient ou rejettent la faute sur les autres pour ne pas se faire juger ou se sentir coupable vis-à-vis de leurs entourages.

Tout comme les alcooliques ou bien les drogués, les dépendants sexuels se réfugient derrière leurs addictions pour ne pas sentir le poids de leurs malaise, stress ou angoisse. Ils ne veulent pas s’en détacher, car ça leurs permet de conjurer leurs émotions et de se sentir mieux.

Bavardez par rapport à cette chronique.

Blog

  1. 14 Fév. 2019Vous aimez les Asiatiques en live ?18019